Biennale de Hong Kong

Hong Kong : La Biennale fait peau neuve

Par John Batten (Directeur de la Galerie John Batten)


• Cheung Wai-Sze, Rachel Equilibrium III 2000 Ceramics 26 x 300 x 40 cm

La Biennale de Hong Kong diffère des autres biennales dans le monde en ce qu’elle comporte un concours sur candidature spontanée, suivi d’une exposition, le tout organisé par le Musée d’Art de Hong Kong. C’est, d’une certaine façon, rafraîchissant, car il n’y a pas d’artistes « vedette » ni de « groupies » de l’art international associés à l’événement, mais d’un autre côté, en l’absence de participation artistique internationale plus large, on a le sentiment que l’art y tend vers le provincial.

Les visiteurs du Musée d’Art de Hong Kong seront déçus par son accrochage d’art contemporain. Il n’y a pas de collection internationale, seulement une petite collection d’art contemporain de Chine continentale et une collection d’art contemporain de Hong Kong fade et conservatrice. Le remplacement récent du conservateur en chef du musée a apporté quelque changement de style et une volonté de plus grande ouverture. La galerie d’art contemporain a cependant de gros problèmes de fonctionnement qui sont ici hors sujet, mais qui font que pour des raisons administratives et structurelles, le Musée continuera à n’être qu’un joueur périphérique sur la scène hongkongaise de l’art contemporain.

Lors des précédentes biennales, les visiteurs étaient invariablement accueillis par des gardiens, la sélection était conservatrice et I’accrochage sans caractère. Cette année, par contraste, il y avait à la fois une atmosphère plus légère avec un éventail diversifié de médias, et une grande qualité des œuvres exposées.


• Hui Chui-hung, Umbrellas 2000 104 x 207 x 119 cm

Un atout supplémentaire était l’exposition des travaux de Ellen Pau, Leung Chi Wo et Ho Siu Kee présentés à la dernière Biennale de Venise (voir Paroles Sept/Oct. 2001). On notait par conséquent une association fascinante de l’art hongkongais officiellement présenté à la communauté artistique internationale et d’une partie de ce que Hong Kong peut offrir de mieux parmi le travail de ses autres artistes, beaucoup d’entre eux inconnus mais très talentueux. Ce qui était présenté était un excellent survol de la scène artistique de Hong Kong, une présentation qui ridiculisait le pitoyable accrochage permanent de l’art contemporain hongkongais du Musée qui sera sans doute réinstallé à l’issue de la biennale.

Les visiteurs pénétraient dans le Musée par l’exposition interactive de Kacey Wong : une vidéo de Wong, habillé en gratte-ciel à la façon d’un homme-sandwich, encourageait les spectateurs à réaliser leur rêve. Drift City leur permettait à l’aide de chutes de bois et de colle de construire leurs propres immeubles sur de larges tables. Les constructions finies étaient exposées en face des vitres du Musée qui donnent sur l’extraordinaire paysage de la baie, avec des messages à la fois d’actualité et personnels : « Word Trade CT » ; « LPLSS 3C (1) YEAH !» ; « Brothel – girls, girls, girls ». Cette exposition a particulièrement plu aux étudiants et la diversité des idées, l’utilisation du matériau et l’évident enthousiasme pour ce projet étaient un commencement encourageant à la visite de la Biennale.

My Childhood Game ; One, Two, Three de Lee Mei Kuen est une étonnante peinture multimédia qui rappelle Jean Dubuffet. Hong Kong a peu de peintres contemporains en raison du manque d’école consacrée aux arts visuels, mais le travail de Lee et celui de Kwok Ying, Mattress – une encre sur soie imitant les ondulations d’une natte de roseaux chinois, ainsi que Mr. Tiger Wong, une pièce abstraite utilisant des matériaux locaux – terre à céramique et crayon – indiquent qu’il y a quelque innovation dans l’arène de la peinture hongkongaise.

So Hing Keung, l’un des photographes de premier plan de Hong Kong, dépeignait les changements sociaux et économiques de sa ville natale de Chaoyang, dans le nord du Guangdong, au travers d’une série de beaux portraits en grand format des jeunes et des vieux résidents de la ville.

Phoebe Man est l’une des artistes les plus jeunes et les plus funky de Hong Kong, elle a notamment exposé dans Inside Out : Contemporary Chinese Art, l’exposition d’art contemporain chinois initiée par Asia Society. Son œuvre à la biennale était une vidéo ironique sur le sexe et la sexualité – Man habillée en gigantesque vagin, faisait quelques escapades dans l’environnement plutôt non sexy d’un appartement typique hongkongais. J’avais vu précédemment cette pièce très amusante dans sa forme originale: le spectateur regardait la vidéo au travers d’un œil de porte : avec sa projection sur grand écran à la Biennale, les comparaisons avec le film sur le même sujet de Woody Allen étaient inévitables mais non justifiées.

Hui Chui-hung présentait une série de parapluies cousus ensemble en une sculpture informe mais organique – la version très réduite à la Biennale avait cependant encore de l’impact. Le travail de cet artiste montre une compréhension de la forme et du matériau intéressante à suivre. Il en est de même des sculptures de Chow Shun Keung dont l’une, groupe de 21 personnages, invitait le spectateur à regarder le monde comme s’il était une scène de théâtre.

Une autre pièce interactive réussie était une série de boîtes aux lettres ( dans des modèles que l’on trouve uniquement à Hong Kong) munie chacune d’un capteur électronique qui, lorsqu’une personne approchait son oreille, déclenchait une cassette de sons variés : gens parlant, sons et bruits communs d’un appartement, chiens aboyant, télés, etc. Ce récent travail de Leung Mee-ping était un retour réussi de cette artiste réfléchie qui a, ces derniers temps, rarement montré ses installations ou pièces multimédia.

Les céramistes de Hong Kong sont parmi les artistes les plus talentueux de la cité, cependant leur excellence largement reconnue n’était pas particulièrement apparente à la Biennale de Hong Kong, leurs œuvres étant invariablement disposées dans des coins périphériques des salles d’exposition ou cachées à l’intérieur de vitrines d’exposition (protectrices mais oppressives). Les œuvres de Fiona Wong, Rachel Cheung, de Joan Chan et de quelques autres révélaient cependant leur qualité habituelle en matière de matériau et de conceptualisation d’idées. Ces céramistes sont, pour les travaux en volume, parmi les meilleurs artistes de Hong Kong et méritent une exposition plus large de leurs œuvres que l’exemple décousu montré cette année.

Chan Yuk-keung, professeur à l’Université chinoise de Hong Kong et participant de la 2e Triennale Asie Pacifique à Brisbane remarquait que cette année, la Biennale lui avait permis de voir de nombreux et jeunes artistes très bons qu’il n’avait pas rencontrés précédemment. Cette Biennale a été un succès, mais le Musée d’Art doit encore ouvrir ses galeries tout au long de l’année et donner à ces artistes jeunes et énergiques un coup de pouce. Dans le même temps, si vous êtes amateur, visitez les galeries commerciales de Hong Kong, les espaces gérés par les artistes et les institutions (Institut Goethe) pour une dose d’art hongkongais car l’exposition permanente du Musée d’Art sera bientôt réinstallée et il n’y aura pas de nouvelle exposition substantielle d’art contemporain de Hong Kong avant deux ans !

 

 



香港藝術雙年展

脫胎換骨的香港藝術雙年展

約翰百德 撰文 - 沈麗麗 譯

由香港藝術館主辦的香港藝術雙年展與世上別的藝術雙年展不同之處在於它是一個以報名形式公開接受香港藝術工作者參與的展覽和比賽。某程度上這是值得令人興奮的事,因為這個節目既沒有有〝名〞的藝術家,亦沒有老是熟口熟面的一群國際藝術的〝追隨者〞,然而,這雙年展因缺少了眼界較廣闊的國際藝術家的成份,展出的藝術總讓人有點鄉里鄉氣的感覺。

到香港藝術館參觀的人對館內展出的當代藝術品必定會感到失望。因為完全沒有國際性的收藏,只有小量當代中國藝術家的作品,而那批長期展出的香港當代藝術品卻又保守乏味。最近藝術館撤換了館長人選(職位等同總監)後看到風格上出現了一些正面的改革及較願意開放的態度。雖然館內仍存在著嚴重的制度問題,但這卻是超出了本評論文章所探討的範圍,而亦因為那些根深蒂固之行政及結構問題,香港藝術館仍然繼續是香港當代藝壇上一個〝昂貴〞的 外行參與者。

過去,迎接到來參觀香港藝術雙年展的是一些慇懃的守衛,參觀者看到的都是一些選擇保守,並以呆板管理方法陳列的展品。相反,今年雙年展的氣氛輕鬆了許多,並採用了多種不同的媒體,整體上的陳列亦非常良好。

本屆香港藝術雙年展令人額外驚喜的地方是展出了鮑藹倫、梁志和及何兆基等人在威尼斯雙年展中展出的作品(評註文章可自多個網址中獲得)。於是,我們看到香港藝術的奇異組合,在那些被政府向國際藝壇介紹為香港最傑出的藝術創作之旁是一些同樣具代表性,由其他——大部份是寂寂無聞的香港藝術工作者創作的作品。這次雙年展中所介紹的正好讓我們有機會一次過對香港藝壇作一統覽,亦令到那些一直以來在香港藝術館內長期展出,乏善足陳的當代香港藝術品——假定在雙年展結束後又再度被擺放出來——更相形見拙。

剛踏入藝術館,參觀者即時看到黃國才的大型互動佈置——錄像中的黃國才穿著成一座建築物般,以廣告人的技倆來鼓勵參觀者自己建立夢想:〝遊離都市〞讓參觀者利用長檯上已預先準備好,鋸成一塊塊的木塊和膠水來建造自己的房子。完成了的建築物被擺放在藝術館內向海港那一邊的窗前,以港島的的建築物作背景,每件建築物更備有標題或個人的信息。這展覽特別受學生歡迎,他們的意念之多,採用的物料還有對計劃的投入都是邀請參觀者遊遍整個雙年展的一個很好的開始。李美娟的〝我的兒時玩意「跳飛機」〞是一幅採用混合素材創作的畫,它令人聯想起杜貝菲來。香港因為缺乏專為視覺藝術而設的學府,因此很少當代畫家,但李美娟的作品和郭瑛所作的〝蓆地〞: 水墨絹本畫,十足像一塊用來睡覺用的草蓆以及抽象畫〝王小虎〞:鉛筆及瓷磚泥布本——都顯示出香港的畫壇正出現革新的現象。

蘇慶強是香港其中一位著名的攝影家,他一個一直在進行中的計劃是用一系列彩色的大型人像照來記錄家鄉潮陽縣的社會及經濟方面的轉變。

文晶瑩是香港其中一位較年青及新潮的藝術工作者,她曾經在一個由亞洲藝術社群發起,名為:〝翻轉:當代中國藝術〞的展覽中展出作品。她參與雙年展的錄像作品以不認真的手法談性方面的東西——文晶瑩扮成一巨型的女性性器官,在寓所內最不性感的環境下做著各樣胡鬧的行為。我曾看過這有趣的作品之原來版本:觀眾是透過門眼看錄像;這錄像在雙年展中以大銀幕放映,無可避免會拿它與活地亞倫以相同題材拍攝的電影作不公平的比較。

許翠紅把大紅花傘縫在一起而創作出一系列沒有固定形狀但如有機物般的雕塑——是次雙年展之規模雖然細了許多,但仍能產生影響力,這位藝術工作者的作品顯示出她深諳形狀和物料之道,實在值得在日後多加留意。同樣,周順強的二十一件木雕邀請參觀者以舞台的角度看世界。

另一件成功的互動作品是一系列信箱(不同形狀的款式只有在香港可找到),每個信箱皆安裝了感應器,當有人將耳朵貼近信箱時會播放不同的聲音之錄音帶:講話聲、室內常聽到的碰撞聲、狗吠聲、電視聲等。這是梁美萍近期成功之作,這位細心的藝術工作者已有一段日子沒有展出任何裝置或混合素材之作了。

香港的陶藝家是香港藝術工作者中最具才華的一群,然而,他們已被廣泛認同的傑出成就在香港藝術雙年展中卻被忽視,他們的作品全被安排在會場外圍的角落,而且還被收藏在(保護但使人有壓迫感的)展覽箱內。儘管如此,黃麗貞、陳穗梅和張煒詩的作品仍顯示出她們在處理物料和構思方面一貫的高水準。她們是香港最具知名度的陶藝家,應該展出更多她們的作品,而不是像今年這般漫不經意地展出寥寥幾件。

曾參加第二屆亞太區三年展的香港中文大學講師陳育強談論本屆藝術雙年展時表示他今年看到不少有水準,較年青的藝術工作者,而這是之前幾屆沒有的現象。這一屆藝術雙年展十分成功,但香港藝術館實在有需要將展覽廳全年開放給這些充滿活力的年青藝術工作者,讓他們有〝公平的展出的機會〞。在此期間,對香港當代藝術有興趣的人士,若要欣賞香港的藝術,則非要到香港的商業或由藝術工作者開辦的畫廊及學會開設的藝術空間(如歌德學院)不可,因為香港藝術館內的長期展覽品將會再度被展出,最低限度有兩年的時間不會有任何值得重視的香港當代藝術作品展舉辦。


• Lee Mei-Kuen, Carol, My Childhood Game. 2000 Mixed media