Hong Kong International Film Festival 香港國際電影節

Texte : Cinémathèque française

 

La tendresse et la sauvagerie de Georges Franju
佐治方朱 - 天才的法則

 

Georges Franju (1912- 1987) a joué un grand rôle dans l’histoire du cinéma. Décorateur de théâtre puis affichiste, il accepte un emploi dans une imprimerie et fait la rencontre d’Henri Langlois. Ensemble, ils tournent leur premier court-métrage en 1934, Métro et fondent en 1936 le ciné-club le Cercle du cinéma. Se découvrant une passion commune pour la recherche et la conservation de films anciens, ils créent la même année, avec Jean Mitry et Paul-Auguste Harlé, la Cinémathèque française au sein de laquelle ils réunissent les copies de vieux films muets destinés à disparaître. En 1938, George Franju est nommé secrétaire exécutif de la Fondation internationale des archives de films histoire et textes sur le cinéma dans le monde entier.

En tant que réalisateur, Georges Franju se recommande tout au long de sa carrière d’une certaine tradition scientifique du cinéma. Son œuvre s’attache à déceler ce qu’il y a d’insolite dans le réel. Entre 1948 et 1958, il réalise treize courts-métrages et s’impose comme un des chefs de file du documentaire français.

Parmi les courts métrages montrés dans le Festival, Le Sang des bêtes, (1948), est un contraste presque insoutenable entre le décor environnant les abattoirs de Paris et la violence crue qui s’y déroule.

« L’insolite se révèle du quotidien, alors que le fantastique se crée » disait Franju. La première nuit (1958) est une exploration du métro parisien sous le regard d’un jeune garçon bourgeois. Le grand Méliès (1952) est une biographie du grand cinéaste joué par son fils André et accompagné d’une valse composée par le maître lui-même.
Si son premier long métrage est un film de commande (Georges Franju est sollicité pour remplacer Jean-Pierre Mocky), il relève du même principe : dans La Tête contre les murs, d’après le roman d’Hervé Bazin, il met en miroir l’institution psychiatrique et le monde « normal ». Sorti en 1958, le film est un succès.

L’année suivante, Franju nous offre une œuvre beaucoup plus personnelle avec Les Yeux sans visage. Edith Scob, sa comédienne fétiche, tient pour la première fois la vedette d’un de ses films en fille défigurée d’un savant fou, au côté d’un Pierre Brasseur quelque peu éclipsé par sa partenaire. Pour sa capacité à saisir « les choses qui sont derrière les choses », le réalisateur est souvent assimilé aux surréalistes. Mais si son œuvre peut s’en rapprocher par certains aspects, l’homme est avant tout un cinéaste libre et iconoclaste, n’appartenant à aucune famille d’esprit. En témoigne Thérèse Desqueyroux (1962), adaptation du roman de François Mauriac, auteur qui peut paraître très éloigné du réalisateur antimilitariste du court-métrage Hôtel des invalides (1951). Le seul trait d’union entre tous ces films semble être une revendication militante en faveur du rêve et de la liberté. Son dernier essai en la matière, Nuits rouges (1973), mêle templiers et robots humains dans le Paris contemporain.

 

佐治方朱 (George Franju) (1912-1987) 在電影史上是一個舉足輕重的人物。原本是舞台裝飾設計師,後來投身設計海報,在一間印刷廠工作時認識了亨利.朗瓦(Henri Langlois)。1934年,他們一起拍攝了他們的第一部短片《地鐵》,並於1936年一起成立了一個名為電影圈的影會。他們兩都有着搜尋和保存舊影片的共同興趣,因此在同年與尚米特雷 (Jean Mitry) 和保羅奧古斯汀.阿雷 (Paul-Auguste Harlé) 一同創辦法國電影資料館,成功收藏了一些本應永遠消失的默片。1938年,佐治方朱被委任為國際世界電影歷史資料及文獻基金會的行政秘書。

作為導演,佐治方朱的整個導演生涯都依賴某種電影科學的傳統。他的作品致力於揭露現實中的不尋常。1948至1958年間,他總共製作了13部短片,被視為法國紀錄片的領導者。

是次電影節所展映的其中一部短片《牲畜之血》(Le Sang des bêtes) (1948年) 中有著不容易令人接受的反差:出色的鏡頭美學,但拍攝屠場中的情況卻前所未見的殘暴。「尋常中出現的不平凡,然而幻想卻是人為的。」佐治方朱曾這樣表示。《第一夜》(La Première nuit) (1958年),方朱透過一名小孩的目光探索巴黎地鐵。《偉大的梅里愛》(Le Grand Méliès) (1952年) 是電影之父的傳記,由梅里愛的兒子演繹父親。電影以這位電影之父自己所作的華爾滋音樂作配樂。

雖然他的第一部長片是受委托拍攝的(佐治方朱被要求取代Jean-Pierre Mocky),但他仍然堅持同樣的原則:在改編自Hervé Bazin 的小說《頭撞牆》(La Tête contre les murs) 一片中,他把瘋人院與「正常」世界作對照。這部電影於1958年推出時大受歡迎。翌年,方朱獻上一部較為個人的作品《無臉的眼》。女主角Edith Scob是方朱愛將,片中她首次擔任主角,演繹一個整容大國手的女兒因意外毀容。

佐治方朱常被視為超現實主義者。雖然他的作品某程度上接近超現實主義,但他本人卻是一個自由和反傳統的人,並不屬於任何派別。例證,《寂寞的心靈》(Thérèse Desqueyroux) (1962年),一部改編自François Mauriac的小說拍攝的電影,作者看來與這部反戰短片《傷兵旅館》(Hôtel des invalides) (1951年) 的導演沒有甚麼共同的地方。唯一一點能讓這些影片連接起來的是只愛夢想和自由而不要戰爭的思想。他最後一部這方面題材的短片《紅夜》(Nuits rouges) (1973年) 在現代的巴黎中混合了聖殿和機械人。