Actualité 時事實況

Texte : Jean-Sébastien Attié

 
  « Cinémode par Jean-Paul Gaultier » à la Cinémathèque française
黑法國電影資料館呈獻「Jean-Paul Gaultier 電影時尚展」
 
 

La place des grands créateurs de mode dans le cinéma est connue : Saint Laurent (Belle de jour, de Buñuel), Balmain (Et Dieu créa la femme, Vadim) ou encore Chanel (L’Année dernière à Marienbad, Alain Resnais) ont marqué des œuvres sublimes.

Le fondateur de la Cinémathèque française, Henri Langlois, chérissait lui aussi les robes des stars et considérait que ne pas conserver ces « reliques » de la fabrication d'œuvres de cinéma relevait du sacrilège.

L’inspiration de Jean-Paul Gaultier se nourrit de cette culture cinématographique, lui qui « conçoit chacun de ses défilés comme un show. Il raconte à la Cinémathèque son histoire personnelle du cinéma, celle des rebelles sans cause, des icônes inspirées de la rue et des transidentités les plus sophistiquées ». Il a d’ailleurs travaillé comme costumier sur de nombreux films avec Luc Besson ou Pedro Almodóvar.

Loin de constituer une histoire exhaustive des relations entre la mode et le cinéma − l'exercice eût été difficile − Cinémode par Jean Paul Gaultier est aussi une plongée dans les représentations genrées, sur le grand écran et à travers les vêtements. On y retrouve cinq sections :

1. Falbalas : Gaultier a toujours revendiqué l’influence du cinéma et sa fascination pour le 7e art, à commencer par Falbalas (Jacques Becker, 1945) − Rochas en était le couturier − qui décida de sa vocation à 13 ans. Rochas est souvent crédité comme l’inventeur de la guêpière que Gaultier revisite dès ses premières collections prêt-à-porter dans les années 80.

2. ♂♀: ici défilent les femmes fatales ultra-féminisées d'Hollywood, Brigitte Bardot, maintes fois accusée d'outrages aux bonnes mœurs et à l'avant-garde d'une mode prêt-à-porter simple, jeune et insouciante. Face à elles, les gangsters, cowboys et super-héros macho, musculeux ou plus ingénus. Parmi eux, Marlon Brando dans Un tramway nommé désir (Elia Kazan, 1951) influença la mode d’une génération férue de rock’n’roll qui ne s'habille plus comme ses parents.

3. Transgressions : l’androgynie par le port du vêtement est affirmée dès les années 30, les codes vestimentaires sont bousculés, ouvrant une nouvelle voie esthétique et morale, prônant déjà l’égalité des sexes. Ces transgressions deviennent moins confidentielles dans les années 70, l’underground devient plus visible : Gaultier fera de la marinière le symbole de sa marque, inspirée du Querelle de Fassbinder. Il accompagne ensuite Almodóvar comme constumier sur nombre de ses films.

4. Métal hurlant : le métal est l’apanage des guerriers, dont Jeanne d’Arc interprétée par Jean Seberg, Sandrine Bonnaire ou Milla Jovovich. En 1968, Jane Fonda prend les traits de Barbarella (Roger Vadim), habillée par Paco Rabanne. C’est l’époque du Space Age avec Pierre Cardin et André Courrèges et des films Blow-Up (Michelangelo Antonioni, 1966) ou Orange mécanique (Stanley Kubrick, 1971).

5. Défilés : ici nous nous attardons sur les scènes de défilés dans les films, de The Women (George Cukor, 1940) à Funny Face (Stanley Donen, 1957), en passant par Le Diable s’habille en Prada (David Frankel, 2006) ou Absolument fabuleux (Gabriel Aghion, 2001). Dès les années 80, Gaultier, Mugler ou Viviane Westwood font alors du défilé l’aboutissement d’une création collective similaire à celle du cinéma.

L’exposition est accompagnée de dialogues, rencontres et projections pour tous publics.
Jusqu’au 16 janvier 2022
Cinémathèque française
51 rue de Bercy, 75012 Paris
www.cinematheque.fr


 

提到電影界最傑出的時裝設計師,相信大家必不會陌生,當中長存不朽的作品,自然是來自Saint Laurent《青樓怨婦》( Belle de jour,路易斯布紐爾(Luis Buñuel)執導)及Chanel(《去年在馬倫巴》(L’Année dernière à Marienbad,阿倫雷奈(Alain Resnais)執導)的手筆。

法國電影資料館的創辦人Henri Langlois亦對明星穿過的服裝珍而重之,覺得不保留這些電影作品裏用過的「遺寶」就等同是褻瀆。

Jean-Paul Gaultier同樣從這種影圈文化得到啟發,「將自己每一次展覽都視為演出。他向法國電影影資料館憶述自己與電影的邂逅、哪些人天生叛逆而無需理由、哪些偶像在街頭獲得靈感,以及哪些跨性別者最有深度」。Jean-Paul Gaultier曾與洛比桑(Luc Besson)、貝德羅艾慕杜華(Pedro Almodóvar)合作,為多部電影擔任服裝設計。

Jean-Paul Gaultier策劃「電影時尚」(CinéMode)的目的絕非要為時尚與電影兩者關係梳理出完備的歷史,一來本身並不容易,二來他還想探討在大銀幕上、以服裝為形式之下,性別符號是如何表現出來。展覽分為五個部分:

1. 裝飾:Gaultier不止一次提到電影對他的影響以及他如何對電影這項第七藝術感到痴迷。當年他看完《裝飾》(Falbalas)(積葵貝克(Jacques Becker)執導,1945年上映,由Rochas擔任服裝設計師)後,年僅13歲就決定好自己的路向。很多人認為Guêpière(連身內衣加吊襪帶)是由Rochas發明,而Gaultier則在1980年代的第一個成衣系列裏將其加以改良。
2. ♂♀:首先是女性形象的極致——碧姬芭鐸(Brigitte Bardot),身為荷李活性感尤物的她不斷被指責傷風敗俗,另一方面又走在簡約、年輕、輕鬆成衣風格的尖端。在此之前,則以黑幫、牛仔、豪邁超級英雄之類的肌肉型或不造作的打扮為主。其中,《慾望號街車》(A Streetcar Named Desire,伊力卡山(Elia Kazan)執導,1951年上映)裏馬龍白蘭度的打扮,與不再跟隨上一輩穿著、愛好遙滾樂的年青人一拍即合。

3. 跨越界線:不辨雌雄的穿著是在1930年開始出現,衣著的規範開始動搖,從而開闢出一條新的美學與倫理學路徑;此時已有人提倡兩性平等。到1970年,跨性別的衣著已再無需遮遮掩掩,以往難以在主流下生存的風格逐漸冒出頭來。Gaultier 從《霧港水手》(Querelle,法斯賓達(Fassbinder)執導)得到靈感,以橫紋毛衣為自己品牌的標記。之後,他為多部艾慕杜華執導的作品擔任服裝設計。

4. 金屬的哮叫:金屬是戰士的象徵,特別是《聖女貞德》(Jean Seberg、Sandrine Bonnaire、米娜祖華域芝(Milla Jovovich)均飾演過)的盔甲,最教人難忘。1968年,珍方達 (Jane Fonda) 參演《太空英雌巴巴麗娜》(Barbarella,Roger Vadim 執導,服裝設計師為Paco Rabanne)。當時候,Pierre Cardin與André Courrèges的「太空時代」(Space Age)設計紅極一時,代表電影有《春光乍現》(Blow-Up,安東尼奧尼(Michelangelo Antonioni)執導,1966年上映)及《發條橙》(寇比力克(Stanley Kubrick)執導,1971年上映)。

5. 時裝表演:這個部分的重點是電影裏的時裝表演場景,包括《女人》(The Women,George Cukor執導,1940年上映)、《甜姐兒》(Funny Face,史丹利杜倫(Stanley Donen)執導,1957年上映),還有之後的《穿Prada的惡魔》(The Devil Wears Prada,大衛法蘭科(David Frankel)執導,2006年上映)、《Absolument fabuleux》(Gabriel Aghion執導,2001年上映)。由1980年代起,高堤耶、Mugler、Viviane Westwood將時裝展覽變成集體創作的高潮,就像八十年代的電影盛世。